CAPS

ÉTUDE DE LA SOUFFRANCE PSYCHIQUE MÉDICALISÉE : LE CAS DES ANTIDÉPRESSEURS ».

Contexte national :

1996 : Le rapport Zarifian, établi à la demande du ministère de la santé, établit la surconsommation des médicaments psychotropes en général, et celle des antidépresseurs en particulier (AD) . Pour les AD, les médecins généralistes apparaissent comme les principaux prescripteurs (80% des AD prescrits par des généralistes).
2006 : Egalement établi à la demande du ministère de la santé et remis au Sénat en 2006, le rapport Bégaud/Verdoux confirme les données précédentes, précisant le mésusage et la dépendance induites par les antidépresseurs .
Dans ce contexte, le principe d’une étude portant sur les conditions de prescription de cette classe de médicaments a été retenu, sur la base de travaux et de publications antérieures parmi lesquels : Irving Kirsch (2008) , P-H. Keller (2006) , Guy Hugnet (2004) , Alain Ducousso-Lacaze & Pascal-Henri Keller (2002, 2008) , Philippe Pignarre (2001) .

Contexte poitevin :

La CPAM de la Vienne, dirigée par Mr Philippe Trotabas, a l’expérience de recherches menées auprès des médecins généralistes, en collaboration avec des membres de l’EA4050 (Pr D. Marcelli, Pr JL Senon). Elle dispose de toutes les données concernant les prescriptions AD du département, et propose de les mettre à la disposition du CAPS dans cette recherche. L’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS), la Fédération National de la Mutualité Française (FNMF), ainsi que la Mairie de Poitiers (en la personne d’Alain Claeys), soutiennent ce projet d’une recherche/action.
La création d’un comité de pilotage, constitué des plusieurs enseignants-chercheurs issus de disciplines différentes garantit une approche pluridisciplinaire de la recherche. La venue du Professeur David Cohen dans le cadre de la chaire Tocqueville-Fulbright, assure au projet un soutien méthodologique de qualité, ainsi qu’une ouverture scientifique internationale pour l’EA 4050.

Objectifs de la recherche :

Objectif principal : décrire, pour mieux les comprendre, les conditions objectives et subjectives de prescription de médicaments AD par les médecins généralistes.
Objectif secondaire : à partir de ces éléments de compréhension, modifier cette activité de prescription dans le sens de la modération.

Déroulement de la recherche :

Phase 1 : Réalisation d’un support vidéo de consultation médicale fictive. Élaboration d’un questionnaire semi-directif visant à étudier le processus décisionnel en lien à la prescription, ainsi que les représentations subjectives des praticiens face à ce type de consultations.

Phase 2 : Création (par les statisticiens de la CPAM) d’un échantillon représentatif de médecins généralistes décliné en deux sous-groupes : prescripteurs modérés d’AD et prescripteurs plus importants. Recueil des données (processus décisionnel et représentations objectives et subjectives) en double aveugle, sur la base du questionnaire semi-directif dont les réponses seront enregistrées.

Phase 3 : Pour chacun des deux sous-groupes, analyse qualitative et quantitative de l’ensemble des données, isolément puis en comparaison grâce à la levée du double aveugle.

Directeurs de recherche : Pr P-H. Keller, Pr D. Marcelli
– Avec le parrainage de la FEDERATION NATIONALE DE LA MUTUALITE FRANÇAISE.

Recherche

Menu principal

Haut de page