CERCA – CLIF

Le rôle des sources d’informations dans la compréhension des textes

Thématique

Dans la compréhension des textes écrits, le lecteur est souvent amené à traiter des sources d’informations, qu’il s’agisse de la source du texte lui-même, ou bien de sources d’informations mentionnées dans le texte. Si les recherches ont permis de proposer des théories assez complètes de la compréhension du contenu sémantique d’un texte (Graesser et al., 1994; Kintsch, 1998; Zwaan & Singer, 2003), elles n’ont consacré jusqu’à présent que peu d’attention à la question des sources. Or les sources s’avèrent souvent déterminantes dans la construction d’une représentation cohérente du texte. Par exemple, lorsque le lecteur est confronté à plusieurs textes traitant d’une même situation, la connaissance des sources permet d’interpréter chaque texte et d’identifier les éventuels biais dûs par exemple à la position de l’auteur. S’agissant des sources citées dans les textes, leur prise en compte permet de structurer des informations conflictuelles (Braasch, Rouet, Vibert, & Britt, 2011).

Perfetti et ses collègues (Perfetti, Rouet, & Britt, 1999) ont proposé la théorie du « modèle documentaire » pour décrire les processus qui permettent au lecteur d’associer le contenu des textes à leurs sources respectives. Cette théorie a été établie à partir de situations de lecture relativement complexes en ce qu’elles mettaient en jeu plusieurs documents traitant d’un sujet spécifique. L’objectif général de cette thèse est de généraliser la théorie du modèle documentaire en démontrant sa pertinence dans le cas de textes courts incluant une ou plusieurs sources. Deux hypothèses principales seront étudiées. L’hypothèse du « conflit comme déclencheur » (conflict as trigger) veut que le lecteur ne prête attention aux sources que lorsqu’il ne parvient pas à intégrer les informations avec ses connaissances antérieures. L’hypothèse du coût de traitement (effortful process) veut que l’attention aux sources est facilitée lorsque celles-ci sont directement pertinentes à l’objectif de lecture.

Nous nous appuierons sur les travaux récents de Braasch et al. (2011) et de Rouet, Britt & Le Bigot (subm.), ainsi que, par ailleurs, sur les recherches menées dans le cadre de la théorie dite « Source Monitoring Framework » (Johnson, Hashtroudi, & Lindsay, 1993). Il s’agira plus spécifiquement de déterminer les conditions dans lesquelles la source reste associée au contenu informationnel du texte, ainsi que l’éventuel impact que peuvent avoir les traits spécifiques de la source (caractéristiques de l’auteur, par exemple) sur l’interprétation du contenu. Sur ce dernier point, nous examinerons l’apport possible des théories de la persuasion, notamment dans leur explication des attributions de crédibilité (Pornpitakpan, 2004).

Priorité de la thématique

La recherche sur le rôle des sources fait l’objet actuellement d’une attention accrue de la part des chercheurs. Cette thèse nous donne l’occasion de soutenir et dynamiser un projet déjà ancien, en collaboration avec Anne Britt, et de confirmer la pertinence de la théorie du modèle documentaire dont s’inspirent de plus en plus d’auteurs.
Par ailleurs, cette thèse permet de jeter des ponts entre plusieurs perspectives théoriques sur la compréhension des discours. A la perspective psycholinguistique classique dont nous partons, s’ajoute une dimension pragmatique (prise en compte du contexte de production du texte ou de l’énoncé) et sociale (attributions relatives aux sources). De plus la thèse ouvre la voie à une réflexion théorique sur les relations entre mémoire sémantique et épisodique. Elle est donc à même de stimuler des collaborations non seulement au sein de l’équipe CLIF mais aussi avec d’autres équipes du CeRCA telle que l’équipe MACS.

Directeur : Jean-François Rouet (CNRS Université de Poitiers)

Co-direction envisagée avec Mary Anne Britt (Northern Illinois University),

Recherche

Menu principal

Haut de page